Logo carnetderootxzz@carnetderoot.net"La simplicité est la sophistication suprême" - Léonard De Vinci
jeudi 26 mars 2020

:: Installation minimale d'ArchLinux avec système de fichier crypté et UEFI ::

Préparation de l'installation

  1. Télécharger l'archiso à partir du site https://www.archlinux.org/
  2. Préparer la clé usb

    # dd if=archlinux.img of=/dev/sdX bs=16M && sync
  3. Démarrer sur la clé usb et attendre le prompt root

Installation

Sélection du clavier

Pour lister les types de clavier français disponibles :

# find /usr/share/kbd/keymaps -iname '*fr*' -printf '%f\n'

Chargement du clavier :

# loadkeys fr

Configuration du wifi

# wifi-menu

Synchronisation horaire

# timedatectl set-ntp true

Schéma de partitionnement

Sur mon Thinkpad, la taille du disque SSD est de 128Go.
1G sera réservé pour les partitions de boot (boot et EFI) et le reste intégralement chiffré.

A noter que les tailles des partitions efi et boot ne sont pas optimisées, 100M serait suffisant pour efi et 250M pour boot...

Configuration cible

NAME                  MAJ:MIN RM   SIZE RO TYPE  MOUNTPOINT
sda                     8:0    0 119,2G  0 disk
├─sda1                  8:1    0   512M  0 part  /boot/efi
├─sda2                  8:2    0   512M  0 part  /boot
└─sda3                  8:3    0 118,2G  0 part
  └─cryptroot         254:0    0 118,2G  0 crypt
    ├─vg0-swap        254:1    0     4G  0 lvm   [SWAP]
    ├─vg0-root        254:2    0    20G  0 lvm   /
    └─vg0-home        254:3    0  94,2G  0 lvm   /home

Une partition de swap n'est pas nécessaire, mais peut s'avérer pratique si on souhaite utiliser les fonctions d'hibernation d'un portable.
Dans ce cas, la taille de la partition doit être au moins égale à la quantité de RAM, sur mon Thinkpad -> 3915312 octets.

Création des partitions

# cgdisk /dev/sda

Créer les partitions suivantes :

Partition Périphérique Taille Système Hex code
EFI /dev/sda1 512M vfat ef00
boot /dev/sda2 512M ext2 8300
cryptroot /dev/sda3 Espace disque restant luks 8300

Formatage des partitions

# mkfs.vfat -F32 /dev/sda1
# mkfs.ext2 /dev/sda2

Chiffrement de la partition cryptroot

# cryptsetup luksFormat -c aes-xts-plain64 -s 512 -h sha512 -y --use-random /dev/sda3
# cryptsetup luksOpen /dev/sda3 cryptroot

Création des volumes logiques

Créer un groupe de volume (vg0) et les volumes logiques suivants :

Volume logique Taille
swap 4G
root 20G
home le reste
# pvcreate /dev/mapper/cryptroot
# vgcreate vg0 /dev/mapper/cryptroot
# lvcreate --size 4G vg0 --name swap
# lvcreate --size 20G vg0 --name root
# lvcreate --extents +100%FREE vg0 --name home

Création des systèmes de fichiers

# mkfs.ext4 /dev/mapper/vg0-root
# mkfs.ext4 /dev/mapper/vg0-home
# mkswap /dev/mapper/vg0-swap
# swapon /dev/mapper/vg0-swap

Montage des partitions

# mount /dev/mapper/vg0-root /mnt
# mkdir /mnt/boot && mount /dev/sda2 /mnt/boot
# mkdir /mnt/boot/efi && mount /dev/sda1 /mnt/boot/efi
# mkdir /mnt/home && mount /dev/mapper/vg0-home /mnt/home

Sélection des miroirs

Manuelle

  • /etc/pacman.d/mirrorlist

Décommenter et déplacer en haut du fichier le miroir préféré.

Test des miroirs

  1. Sauvegarder le mirrorlist existant et préparer une copie de travail

    # cp /etc/pacman.d/mirrorlist /etc/pacman.d/mirrorlist.bak
    # cp /etc/pacman.d/mirrorlist /etc/pacman.d/mirrorlist.test
  2. Modifier le fichier mirrorlist.test et décommenter les miroirs à tester

    Pour garder les miroirs français, générer le fichier à partir de la commande suivante :

    # grep -E '^## France$' -A 1 /etc/pacman.d/mirrorlist | grep -vE '^-' > /etc/pacman.d/mirrorlist.test

    Pour décommenter tous les serveurs :

    # sed -i 's/^#\s*Server/Server/' /etc/pacman.d/mirrorlist.test
  3. Tester les miroirs et générer le nouveau mirrorlist (ici avec les 5 miroirs les plus rapides uniquement) :

    # rankmirrors -n 5 /etc/pacman.d/mirrorlist.test > /etc/pacman.d/mirrorlist

Installation des paquets

Installation du système de base et des outils nécessaires au premier démarrage.

 Système de base

# pacstrap /mnt base base-devel linux linux-firmware pacman-contrib

Outils supplémentaires (liste non-exhaustive) :

# pacstrap /mnt grub-efi-x86_64 efibootmgr mkinitcpio lvm2 wpa_supplicant wireless_tools vim zip unzip alsa-utils lsb-release ntfs-3g dosfstools exfat-utils bash-completion man-db

Création du fstab

# genfstab -pU /mnt >> /mnt/etc/fstab

tempfs sur /tmp

# /tmp
tmpfs   /tmp    tmpfs   defaults,noatime,mode=1777  0   0

Options pour SSD

Remplacer les options relatime par noatime sur les partitions sauf celle de boot (limite les accès et augmente donc la durée de vie d'un disque SSD)

Entrer dans le nouveau système

# arch-chroot /mnt /bin/bash

Fuseau horaire

# ln -sf /usr/share/zoneinfo/Europe/Paris /etc/localtime
# hwclock --systohc --utc

Localisation

  • /etc/locale.gen

Décommenter fr_FR.UTF-8 UTF-8 dans le fichier puis regénérer les locales :

# locale-gen
  • /etc/locale.conf

    LANG=fr_FR.UTF-8
  • /etc/vconsole.conf

    KEYMAP=fr

Nom d'hôte

  • /etc/hostname

    myhostname
  • /etc/hosts

    127.0.0.1    localhost
    ::1          localhost
    127.0.1.1    myhostname.domain.local myhostname

Utilisateurs

Modification du mot de passe root

# passwd

Utilisateur supplémentaire

# useradd -m -g users -G wheel username
# passwd username

Configuration de mkinitcpio

Editer le fichier /etc/mkinitcpio.conf

Ajouter les options suivantes avant 'filesystems' :

  • keymap : chargement du clavier
  • encrypt : gestion du chiffrement
  • lvm2 : gestion des volumes logiques
  • resume : gestion du mode hibernation

Note : quelque soit l'ordre choisi, pensez toujours à placer keymap devant encrypt, sous peine de vous retrouver avec un clavier qwerty pour taper la passphrase permettant de déchiffrer le volume principal

Au final, cela donne :

HOOKS=(base udev autodetect modconf block keymap encrypt lvm2 resume filesystems keyboard fsck)

Regénérer l'image initrd

# mkinitcpio -p linux

GRUB

Installation

# grub-install

Configuration

Editer le fichier /etc/default/grub et modifier la variable GRUB_CMDLINE_LINUX afin de préciser le périphérique chiffré (cryptroot) et le périphérique d'hibernation (partition de swap) :

GRUB_CMDLINE_LINUX="cryptdevice=/dev/sda3:cryptroot resume=/dev/mapper/vg0-swap"

Regénérer le grub.cfg

# grub-mkconfig -o /boot/grub/grub.cfg

Fin de l'installation et redémarrage

# exit
# umount -R /mnt
# swapoff -a
# reboot

Au démarrage la passphrase est demandée afin de déchiffrer le volume puis on accède à la console. On a maintenant un système minimal installé et fonctionnel.

Configuration du réseau

Avec l'arrivée de la version 197 de systemd le nom des interfaces réseau est maintenant préfixé de en (ethernet), wl (wlan) ou ww (wwan), suivi par un identifiant généré automatiquement et prévisible.
Le but étant de fixer le nom des interfaces entre chaque démarrage.

Pour lister les interfaces réseaux :

# ip link show
1: lo [...]
3: enp0s25 [...]
4: wlp3s0 [...]
6: wwp0s29u1u4i6 [...]

Configuration manuelle

Dans le cas où tous les outils ne sont pas encore installés ou si il n'y a pas de serveur dhcp sur le réseau, il peut s'avérer pratique de configurer une connexion manuellement.

Ethernet

  • Activer l'interface ethernet, ici enp0s25

    # ip link set dev enp0s25 up
  • Affecter une adresse ipv4 à l'interface, ici 192.168.0.60 dans le réseau 192.168.0.0/24 :

    # ip address add 192.168.0.60/24 broadcast + dev enp0s25
  • Ajouter la route par défaut pour accéder à internet, ici 192.168.0.254 :

    # ip route add default via 192.168.0.254 dev enp0s25

systemd-networkd

systemd offre maintenant la possibilité de gérer le réseau par lui-même sans outils supplémentaires.
systemd-networkd permet de détecter, configurer et gérer les connexions réseaux; il peut aussi créer des connexions virtuelles.

Ethernet

  • Créer le fichier /etc/systemd/network/enp0s25.network

    [Match]
    Name=enp0s25
    [Network]
    DHCP=yes
    [DHCP]
    RouteMetric=10
  • Activer et démarrer le service

    # systemctl enable systemd-networkd.service
    # systemctl start systemd-networkd.service

Wifi

  • Créer le fichier /etc/systemd/network/wlp3s0.network

    [Match]
    Name=wlp3s0
    [Network]
    DHCP=yes
    [DHCP]
    RouteMetric=20
  • Créer le fichier /etc/wpa_supplicant/wpa_supplicant-wlp3s0.conf

    ctrl_interface=/var/run/wpa_supplicant
    ctrl_interface_group=wheel
    update_config=1
    ap_scan=1
    fast_reauth=1
    country=FR
  • Ajouter un réseau

    # wpa_passphrase ESSID passphrase >> /etc/wpa_supplicant/wpa_supplicant-wlp3s0.conf

    Si votre clé wifi est complexe, il est parfois plus simple de la coller dans un fichier texte et d'importer la clé directement :

    # wpa_passphrase ESSID `cat /mnt/usb/essid.pwd` >> /etc/wpa_supplicant/wpa_supplicant-wlp3s0.conf
  • Nettoyer le fichier

    La commande précédente ajoute à la fin du fichier une section network qui contient votre clé wifi en clair.
    Il est conseillé de supprimer cette ligne :

    network={
        ssid="ESSID"
        #psk="passphrase"  <------- Supprimer cette ligne
        psk=d5b7ea2dda330fb59753d126e0b98bc968644423abb76bb52374a027718219c6
    }
  • Activer et démarrer les services

    # systemctl enable systemd-networkd.service
    # systemctl enable wpa_supplicant@wlp3s0.service
    # systemctl start systemd-networkd.service
    # systemctl start wpa_supplicant@wlp3s0.service

systemd-resolved

systemd-resolved est un service systemd fournissant la résolution de noms aux applications locales.

Dans notre cas, le plus simple (et recommandé) est d'utiliser le fichier de stub DNS :

# ln -s /run/systemd/resolved/stub-resolv.conf /etc/resolv.conf

Activer et démarrer le service systemd-resolved.service

# systemctl enable systemd-resolved.service
# systemctl start systemd-resolved.service

Configuration post-install

Pour configurer un environnement graphique basé sur openbox, cf. Configuration environnement graphique avec Openbox

References


samedi 07 mars 2020

:: Gestion RAID avec mdadm ::

Reconstruire un RAID1 logiciel

Copie de la table de partition à partir du disque sain

# sfdisk -d /dev/sda | sfdisk /dev/sdb 

Reconstruction de la grappe

# mdadm --manage --add /dev/md0 /dev/sdb1 

Suivi de la reconstruction

# watch -n 60 cat /proc/mdstat 

md1 : active raid1 sdc5[3] sda5[2] 
      488133496 blocks super 1.2 [2/1] [U_] 
      [>....................]  recovery =  0.3% (1780160/488133496) finish=59.1min speed=136935K/sec 

Ajouter un disque à un ensemble RAID5

Copie de la table des partitions

# sfdisk -d /dev/sdb > sdb.output
# sfdisk /dev/sde < sdb.output

Ajout d'un quatrième disque au RAID5

# mdadm --add /dev/md2 /dev/sde1

Extension du RAID

# mdadm --grow /dev/md2 -n 4

# watch cat /proc/mdstat
[...]
md2 : active raid5 sde1[3] sdc1[0] sdb1[1] sdf1[2]
      1953257472 blocks super 1.2 level 5, 512k chunk, algorithm 2 [4/4] [UUUU]
      [>....................]  reshape =  0.2% (2835920/976628736) finish=1070.3min speed=15163K/sec
      bitmap: 0/8 pages [0KB], 65536KB chunk

Agrandissement du volume logique et du système de fichiers

# umount /dev/md2
# pvdisplay
# pvresize /dev/md2
# lvdisplay
# lvresize -l +100%FREE /dev/vg1/data
# e2fsck -f /dev/vg1/data
# resize2fs /dev/vg1/data
# e2fsck -f /dev/vg1/data